Archives de Catégorie: penser l’autre

L’Ecrit et la force/ cohérence et concentration

Le Figaro Littéraire de Montéty, j’avoue… j’aime bien.

Bon d’accord, je le lis toujours avec une semaine de retard.

La semaine dernière, il était question du dernier livre-entretiens   » La Guerre dans les yeux » de Patrick Forestier et Pierre Schoendoerffer lequel Montéty et moi avons fréquenté au jury du prix littéraire de l’armée de Terre-Erwan Bergot. Retrouver le « Vieux Crabe joyeux »! Ça incite a feuilleter. Évidemment.

La Guerre dans les yeux
Et puis au-dessus du papier d’Adrien Jaulmes, dans la rubrique grisée « La Bonne Idée » on apprend que cinquante librairies de Paris s’unissent pour offrir leurs livres sur internet avec le conseil des professionnels et la géolocalisation des ouvrages pour pouvoir aller les voir les toucher les acheter et les dévorer. Ils créent  « Paris librairies » une plate-forme qui assure la cohérence de leur action sans nuire aux identités individuelles.

Logo de Paris Librairie
Il ne faut pas confondre coordination et unicité, cohérence et concentration. Tiens çà me rappelle une discussion entendue hier soir dans une assemblée générale…

Vive les libraires, passeurs de mots, d’idées et de pensée.

Publicités

« Il est hors de question de céder » et penser comme l’autre

Au cours d’une formation, un cas concret est étudié.

-Et vous que feriez-vous à la place de ce responsable?

La réponse tombe: -il est hors de question de céder! La loi est pour nous!

– Oui vous avez raison (notez le caractère bienveillant du formateur… qui ne voulait pas se faire lyncher  non plus). La loi est pour vous. Mais que risque-t-il de se passer? Immédiatement, et sur le moyen terme, pour vous et votre organisme? Et pouvez-vous me rappeler votre objectif initial? Comment pouvez-vous l’atteindre si vous envisagez la situation d’abord sous l’angle de la loi?

Silence pesant…

On peut avoir la loi pour soi et avoir tord en terme de communication… Pas facile à faire admettre à des responsables qui sur le fond… Pas facile de penser comme l’autre, de se mettre à sa place pour prendre une décision.