En ce début d’année…

Voeux 2015

Publicités

Et si La France pensait à montrer son savoir-faire: Expo France 2025 ?

Les temps sont difficiles, mais il n’est pas pour autant nécessaire de nous lamenter en permanence. Montrons que nos entreprises ont du potentiel, montrons que nous savons organiser de grands événements.

C’est l’objet du projet d’Exposition universelle en France en 2025.expo 2025

Soutenons le projet,

Soutenons l’équipe.

http://www.expofrance2025.com/index.html

Présenter ses voeux sans oublier de souhaiter un très Joyeux Noël

Voeux 2014

Merci à Claire pour sa photo.

Amusant de s’entendre sous le titre « conclusion par Monsieur le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian »

Colloque-Faire-face-aux-blessures-invisibles-une-approche-psychosociale-des-traumatismes-de-guerre_medium

Drôle d’effet de s’entendre et de se voir presque un an après.

Conclusion du colloque sur les blessures invisibles

Pas facile de faire une synthèse à chaud sur une rencontre de deux jours sans avoir eu connaissance des interventions au préalable. Vie la carte heuristique!

 

J’aime beaucoup Jérôme Cahuzac et sa scupidité

Je suis sûr que vous ne me croyez pas!

Et pourtant, j’apprécie beaucoup ce monsieur qui représente bien le concept de scupidité inventé par un de mes camarades (cf post plus haut). En plus de la cupidité et presque de la stupidité s’ajoute le goût du pouvoir et de la représentation.

Je ne veux pas hurler avec les loups ni surtout frapper un homme à terre.

Mais je vous dis que j’apprécie beaucoup les erreurs et le fautes commises par cet homme. Elles permettent de rappeler ce qu’exigeait certains révolutionnaires: les élites doivent être intègres si ce n’est pures. Quand on a des responsabilités on doit agir publiquement en cohérence avec sa vie quotidienne. Quand on communique, on ne ment pas.

Cahusac

Cohérence, mensonge, fraude, tout cela est présent dans cette affaire. Pourquoi? Parce que les partis chargés de sélectionner les élites politiques n’ont pas fait leur travail. Je pense réellement que c’est le leur, et pas celle du gouvernement. Ont-ils les moyens de vérifier les dires de leurs membres? Peut-être pas, auquel cas peut-être peuvent-ils demander l’aide de l’État. La difficulté est de savoir dans quelles limites. Mais ce sont bien les partis qui doivent présélectionner les candidats. J’aimerais qu’il y ait un cursus honorum à la romaine pour les élus et qu’ils ne puissent exercer leur mandat trop longtemps pour éviter les baronnies, pour faciliter l’implication d’un plus grand nombre dans la vie démocratique qui apparaît aujourd’hui quelque peu confisquée.

Moi j’aime bien cette affaire. Et je pense que le président de la République aussi… Vous ne me croyez pas? Peut-être va-t-il pouvoir ainsi provoquer un salutaire débat sur le statut des élus, sur le cumul des mandats? Il n’est pas normal que les élus soient dans leur grande majorité issus de la fonction publique sans connexion réelle avec le monde économique. Il faut crédibiliser nos élus pour éviter les dérives démagogiques.

Maintenant, j’espère qu’on ne poussera pas à bout cet homme qui pourrait être à la retraite.

Moi j’aime bien l’affaire Cahusac. J’en espère beaucoup!

Cahuzac-à l'AN

L’Ecrit et la force/ cohérence et concentration

Le Figaro Littéraire de Montéty, j’avoue… j’aime bien.

Bon d’accord, je le lis toujours avec une semaine de retard.

La semaine dernière, il était question du dernier livre-entretiens   » La Guerre dans les yeux » de Patrick Forestier et Pierre Schoendoerffer lequel Montéty et moi avons fréquenté au jury du prix littéraire de l’armée de Terre-Erwan Bergot. Retrouver le « Vieux Crabe joyeux »! Ça incite a feuilleter. Évidemment.

La Guerre dans les yeux
Et puis au-dessus du papier d’Adrien Jaulmes, dans la rubrique grisée « La Bonne Idée » on apprend que cinquante librairies de Paris s’unissent pour offrir leurs livres sur internet avec le conseil des professionnels et la géolocalisation des ouvrages pour pouvoir aller les voir les toucher les acheter et les dévorer. Ils créent  « Paris librairies » une plate-forme qui assure la cohérence de leur action sans nuire aux identités individuelles.

Logo de Paris Librairie
Il ne faut pas confondre coordination et unicité, cohérence et concentration. Tiens çà me rappelle une discussion entendue hier soir dans une assemblée générale…

Vive les libraires, passeurs de mots, d’idées et de pensée.

Courage! un mot toujours d’actualité:

Le  journal La Croix dans son numéro du 1° mars diffuse une brève commentant la parution du numéro 22 de la revue Inflexions: civils et militaires pouvoir dire sur le courage.

Lire l’article

1° plaisir: voir petit à petit le fruit de son travail, inclus dans un travail largement plus collectif, attirer l’œil de journalistes, non pas pour soi mais pour le sujet traité, pour l’objet de la revue elle-même.

2° plaisir: le voir en page « Forum et débats », ce qui rappelle incidemment que cette revue cherche le débat, loin des lieux communs portant sur la « Grande Muette » – cette expression constate à l’origine l’absence du débat politique d’une grande partie des citoyens pour interdiction du droit de vote jusqu’en 1946 et non pas le refus de communiquer.

Page de cit de Inflexions 1er mars 2013

 

Tristesse 1: voir son propre nom écorné.

Tristesse 2: le léger détournement de sens de la citation mise en exergue. En plus, je ne sais plus si la phrase est de moi ou de Monique Castillo, lorsque nous avons rédigé de concert l’accroche à destination des futurs auteurs.

Courage! toujours: le mot est d’actualité puisque des Français se battent pour nous autres au Mali, puisque des parachutistes sont montés à l’assaut d’une position ennemie dans le massif des Adrars, puisque le caporal Charenton y a laissé la vie. Sortir d’un abri avec les copains pour aller au contact physique de celui qui veut vous tuer…  C’est avec la sortie de la tranchée baïonnette au canon, que nous avions commencé notre réflexion sur le sujet du courage au sein du Comité de rédaction. Charenton n’était peut-être pas dans une tranchée, mais il a dû fixer la baïonnette au bout du canon et sortir du couvert « pour aller chercher l’autre ». Ce n’était pas en 1914. C’était le 1er mars 2013, tout juste hier.

Alors plaisirs et tristesses… On peut bien rajouter un « U » à votre nom… Pas grave.

« Courage! » les gars!