Archives de Tag: affaire Mahé; Eric Burgaud; Licorne

Confiance, crediblite, dignite, humilite

Il est toujours facile de critiquer ceux qui en situation difficile ont fait des choix. Il est toujours facile de taper ceux qui ont un genou a terre.

Alors essayons de transcrire .

Aujourd’hui, j’ai assisté pour la première fois a un procès en Assises. Le plus difficile était qu’un camarade se trouvait a la barre comme accusé pour son rôle dans l’affaire Mahe, ce brigand ivoirien étouffé avec un sac en plastique dans un blinde français.

Insigne Licorne

Au-delà de l’objet de sa comparution, Eric a, avant de répondre a la premiere question du Président, déclaré a peu près textuellement:  » Je n’ai pas toujours fait preuve de dignité dans cette affaire, notamment au début […] En trois jours, avec l’enquête de commandement, l’instruction et la suspension de mon commandement, j’ai vu s’effondrer ma carrière d’officier. L’homme était père de famille […] J’ai eu peur pour cette autre partie de ma vie. Oui, j’ai eu peur de partir en prison. Aujourd’hui, devant mes subordonnés, je veux affirmer que l’homme et l’officier ne font de nouveau plus qu’un. J’assume les ordres que j’ai donnés, j’assume le fait que j’ai donné un ordre illégal, je reconnais et j’assume d’avoir été lâche en n’ayant pas su traduire l’ordre du général Poncet, de n’avoir pas su le traduire en ordre clair. […]  »

Eric a repris confiance. Pour donner confiance, il s’engage et humblement reconnaît ses faiblesses. Espérons pour lui que cela contribuera a donner de la crédibilité aux yeux des jurés. En tout cas, on ne peut pas lui nier ni sa dignité, ni sa combativité.

Une fois ces bases stables reconquises, le voilà prêt a partir a la bataille, car c’est bien un tournant dans la bataille juridique qui s’est déroulé aujourd’hui 29 novembre en fin d’après-midi au Palais de Justice de Paris.

La cohérence, la confiance, l’humilité ne sont pas des postures en communication: ce sont des objectifs, ce sont des obligations. La dignité vient s’ajouter a la confiance pour donner de la crédibilité au discours. Reste à confirmer pendant le procès: continuité.

Le procès se terminera le 7 décembre. La prochaine grande étape sera mardi avec le témoignage de l’ancien numéro 2 de la force Licorne et peut-être de l’ancien ministre de la Defense. Ceux qui s’intéressent a l’armée française aux hommes qui servent en son sein, ceux qui s’intéressent a la Justice ne pourront être insensibles au verdict.

Insigne Licorne