Archives de Tag: modestie

Comment faire après ces heures tragiques? Réflexion modeste mais d’espoir sombre qui vaut ce qu’elle vaut.

Chacun à sa place peut se sentir impuissant face à la barbarie qui s’est déchaînée vendredi soir. Chacun à sa place peut se sentir concerné. Que faire, moi qui n’ai aucun pouvoir, moi qui n’ai aucun moyen pour agir, moi qui doute quand même du résultat de la mobilisation qui a de fortes chances de ne pas avoir de lendemain.

Alors j’écoute la radio pour me faire croire que je m’associe concrètement à la douleur de gens que je connais peut-être, que je connaitrais peut-être demain parce qu’ils annuleront un rendez-vous prévu de longue date. Alors j’écoute la radio: « il faut faire plus!  » « ils n’ont pas été prévoyants » « il faut frapper fort! »

Alors j’écoute la radio et les incantations m’exaspèrent, augmentent mon sentiment d’impuissance, de révolte. Je coupe la radio, le net, facebook, twitter. je jette tout. Marre! J’en ai marre!

Marre! Pourquoi en est-on là? Parce que des hommes et des femmes (ne les oublions pas il doit y en avoir aussi) veulent imposer leur façon de voir. Cette façon de voir correspond-elle à quelque chose? Les Musulmans, les érudits disent que cette façon d’agir suicidaire, cette façon de décapiter les otages ne correspond pas au message de l’Islam. Alors qu’est-ce qui les pousse, ces sauvages-là, à venir se faire exploser inefficacement sur l’esplanade du Stade de France? A massacrer des gens froidement arme à la hanche? Quelqu’un leur a promis quelque chose qui dépasse notre entendement. Qui est, qui sont, ce quelqu’un?

Le drapeau tricolore et le dôme des Invalides symbole de résilience

Le drapeau tricolore et le dôme des Invalides symbole de résilience de force et de prestige

Xavier Raufer expliquait ce matin sur France Info qu’on ne savait pas qualifier Daesh. On connaît les cinquante personnes qui agissent, on connaît les conséquences de leurs agissement, mais on ne comprend pas leur motivation.

Alors certes on peut vouloir les capturer; les éliminer comme le souhaite le Premier ministre. Mais tant que nous ne connaîtrons pas leur motivation réelle nous ne pourrons pas les combattre efficacement. Ces cinquante là, qui semblent être issus de l’ancienne armée de Saddam Hussein, que veulent-ils? Comment arrivent-ils à embrigader, endoctriner leurs troupes, leurs assassins. Qu’en tirent-ils eux-mêmes?

Je pense que les armes aussi nécessaires soient-elles ne suffiront pas. Il faut mieux connaître ces cinquante là, faire connaître à leurs affidés leur objectif caché et les décrédibiliser. Quand ils seront tombés de leur Olympe, alors les écraser sera certainement plus facile. Quand ils seront décrédibilisés, il leur sera plus difficile d’envoyer en France, mais aussi en Europe des commandos barbares parce qu’ils ne trouveront plus personne pour en faire partie. Quand ils seront décrédibilisés, ils seront donc limités à une action en Syrie et en Irak. Quand ils seront décrédibilisés, ils pourront être étouffés dans leur repaire.

Donc il faut du renseignement, donc du temps et de l’argent mais peut-être et surtout de la volonté politique, de la volonté de la part des citoyens dans la durée.

Bon courage à nos dirigeants, pour qu’ils aient une vision claire de la situation, bon courage aux élus pour les aider à choisir et surtout pour les soutenir peut-être malgré nous, bon courage et bonne chance à nos agents de renseignement, bon courage à nos policiers et nos soldats. Ils donneront certainement leur sang dans la douleur.

Bon courage à vous, à nous.

Nous avons à réaliser des sacrifices, à accepter la douleur qui vient, dans la durée.

Publicités

« Courage! » le n°22 de la revue Inflexions est arrivé, avec un bel interview de Anne Nivat

Le temps passe et j’allais oublier de parler d’un travail réalisé au profit d’Inflexions. Vous savez cette revue originale qui traite de sciences humaines autour de la chose militaire mais qui essaye de ne pas regarder seulement le nombril des militaires.

Inflexions_22_couv

Mon camarade Olivier Kempf en a déjà fait la promotion sur son blog EGEA à l’occasion d’un café vespéral « La Chouette! » animé par Rémi Porte. (cf mon annonce du mois dernier)

Mais moi je n’avais pas dit grand chose sur son contenu, et pourtant, en le relisant, quelle richesse -une fois de plus 😉 -. Outre les analyses philosophiques toujours lumineuses de Monique Castillo, vous y trouverez les réflexions de militaires qui pensent que le courage appelle forcément à la modestie, de médecins et même une discussion assez polémique entre deux auteurs à propos du courage des parents à accueillir ou non des enfants handicapés. Vous ne manquerez pas non plus l’hommage que j’ai eu le « plaisir »,- je ne sais pas si le terme est juste- disons l’honneur,  de rédiger à l’occasion de la mort de Pierre Schoendoerffer.

Mais plus que tout, je vous convie à lire l’interview d’Anne Nivat qui sert d’accroche au numéro. Il n’était pas prévu de l’utiliser ainsi, mais ce que dit cette journaliste de l’extraordinaire est très fort, non pas parce qu’elle philosophe, non pas parce qu’elle témoigne, mais plutôt parce qu’elle se livre et nous montre de façon pratique ce que peut être le courage renouvelé de témoigner malgré les difficultés, la peur. En la rencontrant, j’ai vécu, re-vécu aussi des émotions fortes. J’ai pensé à un de mes camarades qui a aujourd’hui des responsabilités au Mali, j’ai pensé à mes anciens subordonnés.

Cotard-Nivat édité 2

Elle prépare actuellement un documentaire sur l’Irak qui devrait être diffusé au printemps sur France 3. S’il possède la force de cet interview… Ouaouh! Çà réveille!

Alors suivez l’injonction d’Anne Nivat, avec la revue Inflexions: »Réveillez-vous! »

En tout cas: « Merci Anne! »

Anne Nivat

Pour information le prochain numéro, en juin, portera sur le retour à la vie normale après des expériences difficiles: « En revenir… » Là encore tout un programme.